Dans les montagnes au sud de Manado

Nous sommes toujours dans le nord de l`ile de Sulawesi. Nous voici revenus a Manado apres quelques jours passes a Tomohon, dans les montagnes au sud de Manado. Un agreable repit de la chaleur de la cote… La region de Tomohon est reputee pour ses belles maisons traditionnelles en bois et par le gout de ses habitants pour les fleurs : malgre l`omnipresence de la vegetation tropicale qui pousse `naturellement` partout, les gens cultivent egalement les plantes en pots. Des petits abris a plantes se succedent le long des rues et des dizaines de pots de fleurs sont alignes devant les facades de maisons, autour des allees, sur les galeries.

A  Tomohon, tres peu de gens parlent anglais.  On arrive malgre tout a se faire comprendre avec de la patience, des gestes, des dessins et surtout notre petit guide linguistique Indonesien-Anglais sans lequel je ne sors plus.

Nous avons explore la region de Tomohon et profite surtout de son caractere volcanique. Nous sommes notamment alles nous baigner dans des sources d`eau chaude (decevant car les installations etaient plutot repugnantes) et avons escalade le volcan Logon. C`est toujours impressionnant de voir le cratere d`un volcan actif. Celui-ci abrite un lac d`eau sulphureuse vert emeraude. Les vapeurs de souffre qui s`en echappent forment des volutes blanches qui contrastent avec les paroies jaunes du cratere. Tres joli…

Demain, nous comptons prendre le bus pour le parc Tonkoko  ou on peut, parait-il, voir le plus petit singe au monde, le tarsier. Julien, qui adore les animaux, aimerait bien avoir cette chance. Nous passerons quelques jours sur les lieux, avant de revenir a Manado et de partir pour Bali. Le voyage tire a sa fin…

Publié dans : Marie | le 13 juin, 2007 |Pas de Commentaires »

Paradis sous-marin a Bunaken

Si j`avais aime faire de la plongee en apne a Bira, dans le sud de l`ile de Sulawesi, c`est a Bunaken que j`ai decouvert un veritable paradis sous-marin. L`ile de Bunaken est a un jet de pierre de Manado, dans le nord de Sulawesi. La facilite d`acces nous a fait opter pour cette destination de `snorkel` de preference a certaines autres, comme les iles Togeennes, qui sont aussi reputees pour leur beaute. En fait, Sulawesi compte de nombreux endroits extraordinaires pour la plongee en apne, mais Bunaken est, selon plusieurs, le plus extraordinaire, rivalisant de beaute avec la grande barriere de corail d`Australie.

Nous avons passe cinq jours sur Bunaken, dans une petite hutte de bambou face a une `foret` de paletuviers. L`ile est entouree d`une barriere de corail a 200-300 metres du rivage. La barriere est large et peu profonde, puis elle se transforme abruptement en un mur lui aussi couvert de corail qui plonge vers des profondeurs abyssales qui exercent sur moi un etrange attrait. Nous avons fait des excursions en bateau pour aller plonger a differents endroits, pour tenter de nager avec les dauphins et pour aller voir les tortues de mer.  Nous avons surtout pu nager directement de la berge jusqu`a une magnifique section de la barriere. C`etait merveilleux de partir de l`hotel a la nage aussi souvent et aussi longtemps que j`en avais envie!  Malheureusement, Alain fait une reaction allergique aux `piqures` de meduses ou de plancton. Il a du renoncer a plonger les deux derniers jours parce que ses piqures lui causaient trop d`inconfort. J`espere que nous trouverons une solution a ce probleme, car j`ai bien l`intention de faire de la plongee en apne a la retraite, je suis accro!

Publié dans : Marie | le 8 juin, 2007 |Pas de Commentaires »

Impressions de Mindanao (Philippines)

Une semaine a Mindanao, la grande ile du sud des Philippines (cette ile qui a si mauvaise reputation a cause des groupes terroristes et des enlevements de touristes), c`est bien peu pour parler d`un pays. Des impressions se degagent, cependant, de l`experience et ces impressions sont plutot positives.

Tous les guides de voyage s`accordent pour reconnaitre la qualite de l`acceuil que les Philippins reservent aux visiteurs. La chaleur humaine et la politesse des Philippins est, en effet, remaquable.  Si on ajoute a cela. un grand nombre de gens qui parlent anglais, vous comprendrez que voyager dans le sud de Mindanao est une entreprise moins ardue que dans bien d`autres regions du monde.

 Le pays semble decidement bien oriente dans la voie d`une societe de consommation. Davao possede plusieurs grands centres commerciaux, tous tres frequentes. Si les produits y sont aussi abondants qu`au Canada, on remarque cependant l`importance des mesures de securite a l`entree des centres commerciaux (fouille des bagages et fouille corporelle) et de chacun des commerces. Les biens materiels sont accessibles … mais peu de gens peuvent se les procurer. Dans le meme ordre d`idee, on peut voir beaucoup de voitures neuves rouler sur les routes, mais les routes restent peu encombrees, puisque peu de gens possedent des voitures. Ici, le transport en commun (bus et « Jeepney »  = Jeep en version allongee) est dominant (et le petrole est au prix du marche mondial). Consommation oui, mais pas pour tous, ce qui est encore plus evident lorsque l`on sort des grands centres.

Avant de prendre notre bus vers le lac Sebu, nous avons ete fouilles par des militaires. Puis, a trois reprises au cours des six heures de trajet, d`autres militaires sont montes dans le bus … pour verifier. Voila un aspect beaucoup moins sympathique du pays. 

Est-ce que j`aimerais passer plus de temps aux Philippines? Oui surement, mais peut-etre pas a Mindanao  … ou nous avons lu que des touristes avaient ete enleves  (dans un province plus au Nord de l`ile) et liberes la meme journee, par un groupe autonomiste musulman (le front de liberation Moro). Enfin, il y a tellement de lieux a voir sur la terre.

Publié dans : Alain | le 8 juin, 2007 |Pas de Commentaires »

Les plaisirs de la mer a Bira

Nous voici a Manado, dans le nord de Sulawesi, apres un sejour de plus d`une semaine a Bira, situe au sud-ouest de l`ile. Bira est une plage de sable blanc et fin comme de la farine juste en face d`un beau recif de corail. J`ai fait tous les jours de la plongee en apne, tantot a partir du rivage, tantot a partir d`un bateau de peche qui nous a permis d`acceder a des endroits plus eloignes. Je ne me lasse pas d`admirer les formations de corail, les poissons de toutes les formes et de toutes les couleurs, ni de me laisser porter par l`eau turquoise et chaude. C`est l`evasion, la detente absolue, c`est acceder a un autre monde! Le reste de la journee, c`est la farniente et l`ecole de Julien (ca, c`est du travail!).

Il faisait beau et chaud a Bira, quelques averses isolees seulement. Rien a voir avec les pluies importantes que nous avons subies dans le pays Toraja. Comme ailleurs a Sulawesi, tres peu de touristes, sauf les locaux qui viennent la fin de semaine. Nous avions l`embarras du choix des hotels, nous avons opte pour une hutte sur pilotis directement devant la mer. Magnifique!

Depuis la premiere bombe a Bali il y a quelques annees, et encore plus depuis la seconde, le tourisme international est en chute libre en Indonesie. Quelqu`un nous disait que les hotels sont occupes a 10% a Bali, qui est pourtant l`ile la plus touristique de l`Indonesie. Les violences interconfessionnelles a Sulawesi meme, dans le centre de l`ile, donnent aussi lieu a des mises en garde des gouvernements occidentaux qui exhortent leurs ressortissants a eviter de voyager dans la region. Le resultat n`est pas desagreable pour nous mais les populations qui comptaient sur le tourisme ont la vie dure. Rachman, un jeune indonesien rencontre a Bira, etait instructeur de plongee sous-marine il y a quelques annees. Le centre de plongee a ferme, il aide desormais son cousin a pecher, mais ses revenus ont chute.

De Bira, nou sommes revenus a Makassar pour prendre un avion pour Manado. La ville est agreable bien que tres chaude. C`est surtout les alentours qui sont charmants, a cause des volcans et des jolis iles visibles de la ville. Nous ferons un autre sejour de mer pour la plongee en apne dans le coin. Mais d`abord, nous devons aller aux Philippines pour renouveler notre visa indonesien. Une recherche sur internet nous a aide a decider ce que nous allions faire pendant la semaine dans le sud des Philippines : nous visiterons le lac Sebu, lieu d`ecotourisme et de culture du tilapia et region habitee par une minorite ethnique particuliere, les T`Boli.

Publié dans : Marie | le 27 mai, 2007 |Pas de Commentaires »

Culture Toraja contemporaine

Nous sommes restes huit jours au pays des Toraja (Tana Toraja) au sud de Sulawesi. L`impression principale de ce sejour c`est que la culture Toraja est bien vivante. Dans tous les villages, on voit des maisons traditionnelles (Tonkgonans), accompagnees du grenier a riz. Ces maisons sont en bon etat ou en renovation. On construit meme de nouveaux Tonkgonans, dans plusieurs villages. Ici, la culture n`est pas mise en scene pour les touristes (tres peu nombreux, par ailleurs), elle est vecue au quotidien dans un contexte de plusieurs decennies de « modernisation ». Les missionnaires hollandais ont fait un bon travail de conversion. Aujourd`hui, la grande majorite des Tordja est chretienne, mais tient a conserver certains des rites traditionnels. Les gens peuvent habiter dans une maison moderne, mais conservent le Tonkgonan familial pour les rituels traditionnels. (Les eglises et meme la mosque de Rantepao ont inclus les formes des toits des Tonkgonans dans leur architecture). Nous avons assiste a la deuxieme journee des funerailles d`un homme important de la region. Nous avons vu defiler des centaines de personnes de plusieurs villages qui apportaient des dizaines de porcs a sacrifier dans la journee, pour permettre au decede d`acceder au royaume des morts avec de nombreuses betes … de facon a lui garantir une vie confortable dans l`au-dela. Officiellement, cet homme et sa famille sont chretiens (… a la facon toraja).

Si la question du logement des vivants ne pose pas de probleme, celle des decedes est plus ardue. Les Torajas n`enterrent pas leurs morts. Ils les placent dans des cerceuils qu`ils doivent ensuite soustraire aux predateurs. Anciennement on accrochait ces cerceuils a des falaises ou on les placait dans des cavernes. Avec les outils de metal, les Toraja on commences a creuser des tombes dans les rochers, une pratiqe encore en usage aujourd`hui. (On entend frequemment le son des ciseaux qui entaille la roche en se promenant dans la region). De nos jours, les morts sont encore « stockes » dans des cavernes, dans des rochers ou meme dans des constructions en beton.

Le rapport avec les personnes decedees est encore tres personnalise et tres familier. Comme un cerceuil place dans une grotte humide pourri assez rapidment, tres rapidement les membres de la famille revoient les chers disparus (… ce qui en reste). Nous avons rencontres beaucoup de jeunes Indonesiens qui rendaient visites aux ossements de leurs parents en leur offrant cigarette ou alcool. Vraiment surprenant au debut, mais tellement sympathique. jamais je n`ai vu autant de cranes et d`ossements humains de toute ma vie.

Il y aurait beaucoup a dire sur les Torajas, cet « objet d`etude » classique de l`anthopologie…

Publié dans : Alain | le 27 mai, 2007 |Pas de Commentaires »

Sulawesi et le pays Toraja

Nous sommes a Sulawesi, Indonesie, depuis le 3 mai. A l`arrivee a Makassar, la capitale, j`etais decue : la ville est assez moderne et propre, le quartier du centre ou nous logeons ressemble en fait a une banlieue, aucun charme particulier. La promenade sur le front de mer est bien sur agreable, mais sans plus. Je m`attendais a l`exotisme…Et la chaleur et l`humidite sont ecrasantes.

Apres avoir regle nos affaires a Makassar, bus de nuit vers le centre du pays. On appelle cette region `le pays Toraja`. Rantepao en est la capitale. Encore une ville sans charme. En revanche, la region est fantastique. A 800 metre d`altitude, il y fait un petit peu plus frais que sur la cote. Tres humide cependant, mais je m`habitue. La vegetation est super luxuriante. Le paysage est tres montagneux. La foret est partout, les rizieres sont incrustees dedans. Et la culture Toraja est fascinante : maisons traditionnelles avec le toit en forme de coque de bateau, religion particuliere, melangeant animisme et christianisme, ceremonies et sites funeraires tres particuliers. Nous faisons des excursions dans une nature magnifique pour aller voir les villages et les maisons traditionnelles et pour visiter les sites funeraires. Nous avons assiste a une grande ceremonie funeraire ou on sacrifiait des dizaines et des dizaines de cochons qui permettront a l`ame du defunt de voyager vers l`au-dela. Nous avons vu des tombes creusees dans les enormes rochers de la region et d`autres suspendues a leur flanc. Des effigies en bois des nobles decedes sont installees sur des galleries amenagees en haut de ces gros rocher pour qu`ils puissent continuer de voir se derouler la vie devant eux. Nous avons visite des grottes ou reposent des tombeaux, ainsi que des restes rearranges apres que la tombe ait pourri. Les cranes sont alignes sur des tablettes de pierre. La famille vient visiter ses morts, leur apporter des offrandes. Il y avait entre autres des tas de cigarettes deposees a cote des ossements. C`est vrai que les Indonesiens sont de gros fumeurs! Impressionnant!

Les Indonesiens sont vraiment charmants. Ils nous accueillent toujours tres chaleureusement. Nous apprenons quelques mots de Bahasa Indoesia mais nous regrettons de ne pas parler vraiment leur langue. Ici a Sulawesi, l`anglais est tres peu repandu. Ce sont entre autres les guides (des fatiguants, ceux-la!) qui le maitrisent et qui nous `harcelent` pour qu`on retienne leurs services. Il faut dire qu`il y a tres peu de touristes sur l`ile en ce moment.

J`adore ce pays, malgre les tracasseries qu`il fait subir aux etrangers qui veulent y sejourner longtemps! (voir l`article precedent de Alain)

Publié dans : Marie | le 12 mai, 2007 |Pas de Commentaires »

Contingences du voyage: visa, avion etc.

Nous voci enfin en Indonesie (depuis le 3 mai) et plus precisement a Ratnapao au centre du pays Toradja, dans le sud de l`ile de Sulawesi (cette grosse ile en forme d`etoile de mer entre Borneo et la Nouvelle-Guinee).

Visa
Plusieurs fois nous avons tente d`obtenir un visa de deux mois pour l`Indonesie. Au Canada, il aurait fallu l`utiliser a l`interieur d`une periode de un mois (alors que nous avons voyage quatre mois avant d`aboutir ici). A Delhi, l`ambassade a refuse de considerer notre demande … l`ambassade de Delhi ne delivre des visas qu`aux Indiens. Nous avons alors deccide de changer notre billet d`avion pour passer deux jours a Singapour, de facon a pouvoir aller a l`ambassade indonesienne (les etrangers ne peuvent obtenir de visa pour l`Indonesie qu`a Singapour, Bankok, Kuala Lumpur et Penang). Avant de partir de Kathmandu, nous avons fait de nouvelles recherches, pour nous rendre compte qu`il fallait de deux a trois jours pour obtenir le visa a Singapour; qu`il faillait laisser une piece d`identite avec photo a l`entree, afin de pouvoir circuler dans l`ambassade et surtout … que l`ambassade ne donne pas toujours le visa de deux mois. Devant ces faits consternants, nous sommes alles re-changer nos bilets pour limiter notre sejour a Singapour a quatre heures (le temps de nous faire rembourser la taxe d`aeroport).

Avion
Notre trajet Kathmandu/Makassar (Sulawesi) s`est deroule en quatre segments.

Kathmandu/Calcutta:
Depart de l`hotel a 13 heures. Le vol part a 17h 30 (avec heure et demi de retard) et dure une heure. Fait remarquable, nos bagages a main ont ete fouilles quatre fois et la derniere fouille sur le tarmac meme, avant d`entrer sans l`avion de Indian Airlines.

Calcutta/Singapour:
Six heures d`attente a l`aeroport. Le vol part a minuit et dure trois heures et demi. Singapour airlines c`est le super confort.

Singapour/Jakarta: Trois heures et demi d`attente a l`aeroport de Changi ( un lieu a voir avec ses jardins de tournesol – le coin fumeur a l`exterieur-, ses deux jardins interieurs d`orchides, son cinema gratuit, son hotel etc.). Le vol ne dure que soixante-dix minutes.

Jakarta/Makassar: A l`arrivee nous avons magasine notre dernier billet d`avion. Nous passons cinq heures a l`aeroport avant de faire notre dernier segment de deux heures sur Lion Airlines. Nous arrivons a destination a 19 heures. Une longue, tres longue journee.

Visa et avion: le mot de la fin.
En arrivant a Jakarta nous avons obtenus d`office un visa de trente jours. Nous devrons donc sortir du pays pour obtenir un nouveau visa. Nous partons le 29 mai vers Davao (sud des Philippines) avec retour a Manado (nord de Siuawesi) le 4 juin.

Vive les voyages!!!

Publié dans : Alain | le 8 mai, 2007 |Pas de Commentaires »

Nepal rouge

Il y a un an, c`etait la « revolution » a Kathmandu. En juin 2001 le roi Birendra Bir Bikram Shah etait tue, avec plusieurs membres de sa famille par, semble-t-il … son fils le prince heritier de la couronne. Dipendra (le fils) tourna ensuite l`arme contre lui, mais survecu assez longtemps pour etre nomme roi (un meurtrier dans le coma) jusqu`a sa mort, quelques jours plus tard. Le nouveau roi – Gyanendra Bir Bikham Shah – le frere de Birendra recu alors la couronne royale.

Il y a un an, tous les partis politiques, allies aux Maoistes (la force politique dominante du moment) ont force le nouveau roi a redonner aux parlementaire le pouvoir de diriger le pays. Depuis ce temps, un gouvernement de transition constitue des sept partis politiques « bourgeois » et des maoistes gerent le pays et tentent de s`entendre sur une constitution. Les elections prevues a l`origine pour le mois de juin ont ete reportees a plus tard.

Des problemes serieux existent dans le Terai (la plaine a la frontiere de l`Inde), ou un groupe ethique reclame son independance. La veille de notre arrivee au Pays (le 19 avril), il y avait eu un affrontement avec les maoistes qui avait entraine une vingtaine de morts chez ces derniers. Le soir de notre arrivee, nous avons assiste a une manifestation des Rouges dans la petite ville frontaliere, ou nous avons passes la nuit. Le lendemain, la route fut bloquee pendant une heure, sur notre trajet vers Pokhara. Depuis, regulierement nous croisons des representants de ce parti, sorti de la clandestinite dans la derniere annee.

Comment expliquer la popularite du communisme au Nepal en 2007. La perception en surface du touriste empeche de porter un jugement serieux sur la question. Qu`il suffise de dire que le Nepal compte une majorite de la population qui vit encore d`une agriculture de subsistance. Que le modele chinois (avec ses formidables succes sur le marche mondial) se trouve tout pres. Que le modele monarchique et la societe de castes excluent definitivement ceux qui ne sont pas « bien nes ». Que les perspectives de carrieres sont peu rejouissantes pour l`immense majorite des jeunes, qui voient dans l`exil le seul projet de vie gagnant.

Comme Dalai Alain, je dis :

« Puisse les elections etre bientot tenues et que la paix perdure afinpour que les reves de la jeunesse se realisent en nepalais au Nepal. »

Publié dans : Alain | le 30 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Bakhtapur la magnifique

J`ai eu un vrai coup de coeur pour Bakhtapur, cette ville-musee que Alain a evoquee dans un precedent article. La richesse culturelle de Bakhtapur est renversante. La ville est parsemee de places populaires ou tronent une multitude de temples du treizieme siecle et des epoques subsequentes. Mais c`est l`integration de cette richesse culturelle a la vie quotidienne des Nepalais qui seduit particulierement. A la place Taumadih ou etait situe notre hotel, les vendeurs ambulants s`installent des le petit matin avec leurs etals de fruits et legumes, de montres, de chemises…Les enfants jouent sur le chariot qui transporte un temple ambulant, les jeunes flanent assis sur les marches d`autres edifices sacres. Le soir, les hommes ages s`assemblent pour jouer de la musique et fredonner des chants religieux a la lueur des chandelles, panne d`electricite oblige.

On prend plaisir a se perdre dans les ruelles de la ville, tout en briques et peu empruntees par les vehicules a moteur. On decouvre alors plein de vielles demeures en brique avec les fenetres magnifiquement sculptees d`ou pendent des chapelets de piments rouges ou d`epis de mais. On tombe sur le quartier des potiers et sur ses amoncellements de pots de ceramique. On arrive a la ghat de Hanuman, le dieux-singe, remplie de temples et de statues et ou se deroule une cremation…Pas besoin de musee a Bakhatapur, meme s`il y en a quelques uns : la culture est a tous les coins de rue, une culture integree a la vie.

Meme si elle y est particulierement presente, l`integration du religieux et du culturel a la vie quotidienne n`est pas unique a Bakhtapur. On la retrouve au coeur de Kathmandu, a Patan, a Changu Narayan, a Panauti, d`autres villes ou villages de la valle de Kathmandu que nous avons visites. Pas etonnant que la vallee de Kathamandu soit appelee « La vallee des dieux »! Et en plus de ces merveilles culturelles, il faut voir le decor dans lequel ces villages sont plantes: collines couvertes de cultures en escaliers ou serpentent des routes vertigineuses, forets de pins au sommet…La beaute!

Publié dans : Marie | le 28 avril, 2007 |2 Commentaires »

Nepal agraire, historique et culturel

Voyager au Nepal c`est se rendre compte de la profonde empreinte des hommes sur le paysage. Dans la region des collines ( le « hill country » regroupe les villages de montagnes jusqu`a 3 000 metres), les terrasses font etat d`un labeur soutenu depuis de nombreuses generations. D`immenses pans de montagnes ont ete remodeles pour permettre la culture sur des pentes souvent tres accentuees. Impossible, ici, de mecaniser l`agriculture. Aucun tracteur, ni rotoculteur ne peut enjamber les terrasses comme le font les buffles.  En 2007 l`agriculture se pratique comme il y a plusieurs siecles : beaucoup d`energie humaine et animale et des outils traditionnels (comme des charrues ou des rateaux tout en bois).

On reste toujours un peu surpris de trouver des tresors culturels dans de tous petits villages. Notre premier jour de marche, apres notre vol pour Jomoson (debut de notre trek), nous a conduit a Kagbeni, un petit village du haut Mustang a quatre ou cinq jours de marche du Tibet. Au centre de ce village de quelques centaines d`habitants, il y avait un chorten avec, a l`interieur, des peintures datant du milieu du 17e siecle. Nous ne sommes pas alles dans le monastere du village, mais qui sait quels tresors s`y trouvaient ? A trois heures de route de Kagbeni se trouve Muktinat un lieu de pelerinage pour les Bouddhistes et les Hidous, qui est frequente depuis le 12ieme siecle. Depuis  des temps immemoriaux les hommes parcourent cette voie de communication entre l`Inde et le Tibet. Quel privilege que de fouler ces sentiers charges de ferveur et d`histoire.

Depuis deux jours, nous trempons dans un bain de culture extraordinaire a Bhaktapur, la plus belle ville de la vallee de Kathmandu. Siege du pouvoir Mewar, cette ville a controlee toute la vallee jusqu`au dix-septieme siecle. La ville est un musee vivant. Le centre est interdit aux vehicules (a quatre roues), les gens habitent des batiment extraodinairement sculptes (souvent un peu en ruines). Hier soir, pendant la panne d`electricite, nous sommes alles nous promener  sur l`une des trois grandes place de la ville (place Taumodhi), attires par des sons de cymbale et de tambour. Des hommes rendaient grace a Shiva  a la lueur des chandelles: une scene qui devait ressembler a ce qui se passait sur cette meme place quelques siecles plus tot. Bhaktapur une ville-musee, une ville historique ou le temps est aboli.

Publié dans : Alain | le 23 avril, 2007 |Pas de Commentaires »
1234

Ma maison au Canada / ... |
Le blog des chantiers |
un an a quebec |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | G.Charpentier VRP MONTEL
| Ma vie de volontaire intern...
| MAROC TOURISME